Skip to content

Le bisphénol A interdit en 2014

by sur 25 novembre 2011

Une étude américaine a démontré que manger cinq jours de suite des soupes en conserve fait augmenter le taux de bisphénol A dans les urines. Elle relance ainsi le débat sur l’interdiction de ce produit chimique utilisé dans la fabrication de plastiques et de résines pour les contenants alimentaires. Suite à un vote de l’Assemblée du 12 octobre 2011, le bisphénol A sera interdit en France dans tous les contenants alimentaires à partir de 2014.

Et dire que cela fait déjà trois ans que le Canada a déclaré ce produit comme toxique. Mais il a fallu une étude américaine menée par des universitaires de Harvard pour que le monde prenne conscience du danger du bisphénol A. Les personnes consommant de la soupe en conserve présentent un taux de bisphénol A supérieur de 1200% à ceux qui prennent de la soupe fraîche.

Les fameuses soupes Campbells contenaient-elles du bisphénol A ? Image DR.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a jugé prioritaire la prévention des expositions des populations les plus sensibles que sont les nourrissons, les jeunes enfants et les femmes enceintes. En France, l’utilisation de bisphénol A dans la fabrication des biberons est interdite pour raisons sanitaires depuis le 23 juin 2010.

Mais on ne retrouve pas le bisphénol A uniquement dans les plastiques : il est également présent sous forme libre dans un grand nombre de tickets de caisse, et pénètre ainsi l’organisme humain par la peau, selon des études de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Ce logo indique la présence de bisphénol A. Image DR.

Des effets non négligeables sur la santé

Le bisphénol A peut avoir de graves conséquences sur la santé. Il peut affecter le cerveau, la prostate, les glandes mammaires, modifier l’âge de la puberté chez les filles, entraîner des problèmes cardio-vasculaires et faire apparaître du diabète.

La dose journalière admissible de ce produit chimique a été fixée à 50 mg par kilo de poids corporel par les autorités sanitaires. Une dose « deux millions de fois trop élevée » pour André Cicolella. Ce chercheur français en santé environnementale, spécialiste de l’évaluation des risques sanitaires et président du Réseau santé environnement, s’engage dans la lutte contre le bisphénol A. Dans un article publié sur Rue89, il déclare : « Si vous mangez une boîte de raviolis et de fruits par jour, vous avez pratiquement déjà atteint la dose qui induit des effets sur les animaux ».

Une pétition avait été lancée en juin 2010 par la Ligue contre le cancer, afin de faire interdire le bisphénol A d’ici début 2011. A l’époque, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé ce produit chimique en catégorie 3, « inclassable par manque d’études », et la Ligue contre le cancer réclamait l’application du principe de précaution et du principe de protection des personnes les plus vulnérables. Cela demandera encore trois ans pour que le bisphénol A soit exclu de nos conserves.

From → Santé

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s