Skip to content

Naissance d’un écolabel français pour une pêche durable

by sur 1 février 2012

Un décret paru le 28 janvier au journal officiel vient de préciser « les modalités de mise en oeuvre et de gouvernance » d’un écolabel de la pêche annonce le site Actu environnement. Ce tout nouveau décret prévoit la mise en place de la Commission de l’écolabel des produits de la pêche maritime.

Le décret « fixe les modalités d’élaboration, de révision et d’homologation du référentiel qui détermine les conditions auxquelles doivent répondre les produits de la pêche pour bénéficier de l’écolabel ainsi que du plan de contrôle cadre », précise le ministère de l’Agriculture. Des critères ont donc été posés afin de déterminer quels produits peuvent porter le label. Ces critères valorisent de manière globale  « des produits et des services plus respectueux de l’environnement », explique le site Ecolabels.

Photo Creative commons

Prévu par la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010, il n’avait pas encore été mis en place. Cette loi prévoyait que « les produits de la pêche qui font l’objet d’une gestion durable peuvent bénéficier d’un éco-étiquetage. Un décret fixe les conditions auxquelles doivent répondre les produits de la pêche pour bénéficier de cet écolabel ainsi que les modalités de certification et de contrôle par des organismes accrédités. »

Les pêcheurs n’avaient pas attendus ce décret

Pour le comité national des pêches (CNPMEM), « la réflexion sur le développement durable des pêcheries est depuis longtemps engagée au sein du CNPMEM. » Le comité rapporte aussi qu’une charte a été signée entre  en 2008 entre l’Ofimer (Office national interprofessionnel des produits de la mer et de l’aquaculture), le CNPMEM, Nausicaa, Findus, l’Anop (Association nationale des organisations de producteurs) et la Confédération des poissonniers de France pour encourager une pratique d’une pêche durable en France.

Une demande progressive des consommateurs

Les concepts de pêche responsable et durable ont reçu le premier coup de projecteur grâce au guide de la FAO « Code de conduite pour une pêche responsable » datant de 1995. Selon le Comité des pêches, « Jusqu’au début des années 2000, contrairement aux pays anglophones, il ne semblait pas que le marché français soit très demandeur en produits de la mer issus d’une pêche responsable. » En 2006, des guides se sont developpés comme « Et ta mer, t’y penses »  (pdf) de Greenpeace, réveillant ainsi les consciences des consommateurs.

Findus, à l’instar d’autres entreprises de transformation, s’est mis à utiliser des produits écolabellisés. Les entreprises répondent à une demande réelles des consommateurs. Une étude « Quel potentiel commercial pour des produits de la pêche écolabellisés? Attentes et comportements des consommateurs » coordonnée par le RICEP (Réseau d’informations et de conseils en économie des pêches)  portée par l’AGLIA (Association du grand littoral Atlantique) dans le cadre de son Observatoire, montre que les « pro-écolabels représenteraient 31% de la population ».

Pauline Le Diouris

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s